Cloud, E-commerce, entreprises – les leviers et les freins à l’adoption du Cloud par les entreprises et particulièrement dans le domaine E-commerce



Quelques éléments factuels sur la greffe qui devrait s’opérer entre le Cloud et les entreprises notamment dans le secteur du e-commerce, un mariage de raison en quelque sorte.

1. Cloud / E-commerce : Un contexte favorable

  • 48% des entreprise devraient utiliser des services Cloud payants dans les 2 à 3 ans à venir.
  • 63% des entreprises en croissance pensent que la technologie est essentielle pour leur avenir.
  • 32% se disent préoccupés par le fait que leurs concurrents directs puissent opter pour une meilleure technologie.

C’est donc une question stratégique et vitale pour les sociétés que d’anticiper l’évolution technologique, notamment liée à l’émergence du Cloud et plus spécifiquement dans le domaine du e-commerce.

Source : Etude de Microsoft, de Février 2012, « Drivers & Inhibitors to Cloud Adoption for Small and Midsize Businesses »

2. La perception du Cloud par les entreprises

  • 50% de tous les sondés ont au moins une compréhension de base de la signification du Cloud Computing dans un contexte d’affaires.
  • 51% des sondés étaient en mesure d’indiquer que le Cloud Computing fait référence à l’activité services informatiques qui sont hébergés sur Internet et qu’ils sont plutôt « loués » au lieu d’être « achetés ».
  • 32% des sondés pensaient le Cloud Computing se référaient surtout à des services informatiques personnels tels que la messagerie Web ou de la musique et le streaming de photos.

Accroître la rentabilité en réduisant les coûts et en augmentant la productivité est la combinaison de facteurs dominants qui animent le basculement vers le Cloud. Le Cloud, c’est désormais une opportunité offerte aux entreprises de faire ce qu’elles ne pouvaient pas faire auparavant. Il faut aussi convaincre les entreprises évoluant dans la e-commerce que le Cloud n’est pas seulement pour de l’informatique personnel ou de création d’expériences interactives et enrichies comme 3WDOC !

Source : Etude de Microsoft, de Février 2012, « Drivers & Inhibitors to Cloud Adoption for Small and Midsize Businesses ».

3. Des freins à l’adoption

2 sujets de préoccupation : la perte de contrôle et la sécurité.

  1. Perte de contrôle
    50% des sondés croient qu’ils ont plus de contrôle sur leur informatique avec les solutions internes par rapport aux solutions Cloud.
  2. Sécurité
    50% de sondés indiquent que les préoccupations de confidentialité des données ferait réfléchir à deux fois sur le déplacement de certaines applications vers le Cloud.

Bien que ces 2 facteurs ont sans doute une plus forte pondération dans le domaine du e-commerce, cela ne nuit pas à l’adoption par les entreprises de solutions Cloud, l’enjeu stratégique est plus fort.

Source : Etude de Microsoft, de Février 2012, « Drivers & Inhibitors to Cloud Adoption for Small and Midsize Businesses ».

4. Le Cloud : une opportunité.

En dépit des freins liés à l’adoption, le choix d’une solution Cloud est perçu de manière positive par l’entreprise. Choisir une solution Cloud pour l’entreprise, c’est :

  • faire des économies
  • être plus productif
  • être plus souple
  • être plus innovant
  • être plus réactif

Toute entreprise digne de ce nom ne peut que se reconnaître dans cette description… reste à l’entreprise de trouver le bon partenaire pour faciliter l’adoption des solutions Cloud.

Source : Etude de Microsoft, de Février 2012, « Drivers & Inhibitors to Cloud Adoption for Small and Midsize Businesses »

5. Le choix du partenaire d’adoption des solutions Cloud : un élément-clé

Pour un entreprise, l’adoption du Cloud est limitée par le manque de temps et de ressources.

  • Manque ressources pour implementer ces nouvelles technologies et ces applications
  • Manque de moyens pour former son personnel
  • Manque de temps bien que les entreprises aient les capacités

Les entreprises ont donc besoin plus que jamais de partenaires pour basculer sur le Cloud.

Source : Etude de Microsoft, de Février 2012, « Drivers & Inhibitors to Cloud Adoption for Small and Midsize Businesses »

6. Cloud / E-commerce : Un pas vers une stratégie multi-canal

Outre, un bénéfice immédiat lié à l’adoption du Cloud dans le e-commerce (disponibilité, scalabilité, maîtrise du budget SI….etc.). Ce qui est naturellement les premiers arguments de vente développés par les entreprises offrant des solutions Cloud.

Pour l’entreprise, l’avènement du Cloud offre des possibilités à moindre coût et à moindre risque de mettre en place ou d’étoffer sa stratégie multi-canal. Toutes les entreprises, par le biais du Cloud, peuvent accéder à des solutions multicanals et c’est l’enjeu stratégique principal des acteurs dans le e-commerce.

7. Les défis d’une stratégie multicanal

Le mot « multicanal », dans le cadre e-commerce, appelle quelques précisions d’ordre pratique pour mieux décrire la réalité de ce que cela recouvre :

  • Il faut entendre par « multicanal », le simple fait qu’un site de e-commerce se doit de vendre sur diffèrent canaux : web, mobile, à terme TV connectée, en proposant une expérience « seamless » et globale ce qui a pour effet d’augmenter mécaniquement la loyauté de ces clients vis à vis de l’enseigne.

Entendre de la sorte l’adjectif « multicanal » et sans rentrer dans un cours magistral sur la stratégie multicanal dans le domaine du e-commerce (traduction un peu longue de l’expression « Multichannel Retailing Strategy »), on peut citer les 4 défis imposés à l’entreprise par l’adoption d’une stratégie multicanal pour que celle-ci soit efficace. C’est les gens de Harvard qui le disent !

  1. L’intégration des données (data integration).
    La construction d’une infrastructure informatique intégrée de sorte que les données de tous les canaux peuvent être reliés et analysées dans une perspective globale. En clair concevoir la plate-forme et les outils, une sorte de combinaison astucieuse entre Cloud (infrastructure), offrir des expériences d’achat appropriées à chaque canal (boutique), outil de mesure et sur-mesure (CRM)…etc. et faire vivre dans un ensemble cohérent (holistic), rentable (cost effective), évolutif (scalable).
  2. L’analyse des données clients (consumer analytics).
    Le développement des moyens de prise de décision et le suivi de la clientèle avec une compréhension pointue de leur comportement à travers des canaux multiples. En clair, ne pas se retrouver dans la situation où l’information tue l’information et sortir la « substantifique moelle » de chaque canal en terme de marché. Ce point est d’ailleurs très lié au suivant
  3. Le choix des indicateurs d’évaluation et de performance (evaluation and performance metrics).
    L’élaboration d’indicateurs d’évaluation et de performance qui tiennent compte des caractéristiques de chaque canal. Là encore, plus simplement dit, la choix des indicateurs clés de performance (ICP), les KPI (anglais : Key Performance Indicator) pertinents par rapport aux différents canaux (web, mobile…etc.).
  4. Un changement dans la structure organisationnelle (organizational structure).
    En particulier l’équilibre entre la décentralisation de la prise de décisions et assurer la cohérence dans la prestation. Plus risqué à expliquer en deux mots mais que l’on peut entendre par : » Puisque les modalités d’exercice de votre métier de e-commerçant change, rappelez-vous, vous êtes désormais un opérateur de vente multicanal alors pourquoi ne pas changer l’organisation de votre entreprise en regard de ces nouvelles dispositions métier ». C’est la partie qui coute le plus cher et est la plus dure, parait-il, parce que c’est trouver ou pas des synergies entre les différents personnes qui supportent chaque canal.

Source : Crafting Integrated Multichannel Retailing Strategies, Harvard Business School, 2010

8. Une offre Cloud / E-commerce : ce que l’on peut retenir.

  • L’adoption du Cloud est un enjeu stratégique et vital pour l’entreprise. Le Cloud n’est pas une tendance passagère. C’est acquérir sans plus attendre un avantage stratégique par rapport à ces concurrents. C’est faire la choix de la compétitivité, de la réactivité, de l’innovation.
  • L’adoption du Cloud induit pour l’entreprise l’élaboration ou le renforcement de sa stratégie multi-canal. La stratégie multicanal qui sous-tend l’adoption du Cloud doit être paradoxalement l’objectif poursuivi et le facteur déclenchant et moteur dans le basculement de l’entreprise sur le Cloud. Le Cloud permet de concevoir cette stratégie à moindre coût et à moindre risque. C’est le rôle du prestataire définir les procédés de mise en oeuvre.
  • L’adoption du Cloud doit contrecarrer deux freins majeurs des entreprises : la sécurité et la perte de contrôle.
    • Dans le domaine de la sécurité, l’entreprise a un besoin légitime de sécurité et de clarté dans le fait d’externaliser son coeur de métier sur le Cloud. La perception des solutions Cloud par l’entreprise doit être le moins anxiogène possible, c’est une chance et non un exercice imposée par l’évolution du marché.
    • Dans la perte de contrôle, il n’y a pas de perte dans le savoir-faire acquis au cours des années, notamment en matière de CRM ou de gestion serveurs, c’est plus une mutation de ce savoir-faire métier, de cet actif, dans un nouvelle environnement, plus ne phase avec la révolution technologique et des usages en cours.
  • L’adoption du Cloud dans l’e-commerce est la solution adaptée pour accompagner l’émergence du nouveau canal de diffusion du moment qu’est le mobile, le marché porteur par excellence, et pour un canal supplémentaire, tout aussi porteur, que sera dans une futur proche : la télévision connectée.

En savoir plus