Amour 2.0 – Les jeux de l’amour et du webdoc

Amour 2.0 - Les jeux de l'amour et du webdocCopyright©www.francetv.fr

Ce documentaire interactif en 2 épisodes réalisés par Auberi Edler et Cédric Delport vous permet d’explorer la fiction d’une relation amoureuse naissante, un rêve de scénariste en quelque sorte avec tous les codes du « feuilletonant des personnages ».

C’est d’ailleurs une production très marquée par les codes de la télévision, il suffit de voir les crédits et on comprend le soin apporté à cette production.

D’un côte comme de l’autre que vous choisissiez : L’ART DE LA DISPUTE ou DOCTEUR LOVE, vous êtes au plus près de cette émotion si particulière que procure un amour naissant. Ce webdoc vous donne tout le loisir de vivre et de comprendre le petit pincement au coeur que l’on a lorsque l’on tombe amoureux c’est après que cela se gâte ou pas. D’après le docteur Beigbeder, cela ne dure que trois ans, le docteur John Gottman alias Docteur Love vous donne lui les clés via un test en ligne pour vous assurer de la pérennité de ce sentiment naissant et de la chance de survie de votre relation de couple.

Pour cette expérience multimédia, on est plus proche dans un scénario basé sur la fameuse interjection de Marc Levy « Et si… », que celle « Ou bien, ou bien » de Søren Kierkegaard. Il est nullement ici question du journal d’un séducteur mais plutôt de la vie en couple mode d’emploi. Par quelques simples questions et en fonction de vos réponses, vous saurez rapidement si votre union court à sa perte. Le test est tout à fait sérieux, il est tiré de « Les couples heureux ont leurs secrets. Les sept lois de la réussite » de Nan Silver et John M. Gottman, interviewé dans ce webdoc, connu aussi pour « The marriage Clinic Casebook ». C’est une sorte de martingale du jeu de couple.

Au-de-là, de l’expérience immersive, d’un coté dans des saynètes bien faites à la manière de « Un gars, une fille » ou de l’autre chez le docteur Love, John M. Gottman, sur l’Ile d’Orcas, dans une ambiance qui n’est pas sans rappeler le film « Tout peut arriver » avec Jack Nicholson, Diane Keaton, il vous est proposé un lot d’interviews tout à fait intéressants sur la complexité du sentiment amoureux.

Interview de Florent Bouchardeau, Journaliste multimédia. Redchef et créateur de @Sijetais2012 et de @Vill9Webdossier (Prix de l’innovation en journalisme 2011) (@FloBouchardeau

C’est toujours lors de l’apéro pigistes #aperopigistes que 3WDOC a rencontré pour la première fois, Florent Bouchardeau, Journaliste multimédia. C’est Florent qui nous fait découvrir le webdoc Amour 2.0. Il revient pour 3WDOC sur ce choix et sur son actualité.

3WDOC : « Qu’est-ce qui t’a plu dans cette production Amour 2.0 ? »

Florent Bouchardeau :« Amour 2.0 c’est à mon sens plusieurs éléments bien ficelés qui créent un univers permettant à l’information de très bien passer. Dans le volet « L’art de la dispute », les saynètes de fiction imposent un bon rythme et donnent toutes leurs saveurs aux interviews. De l’autre côté, l’entrevue avec le docteur « Love » Gottman est assez poussée, c’est agréable de voir de longues interviews sur le web. L’esthétique bien sûr est vraiment réussie, subtile, délicate. La navigation fonctionne bien après un bref moment d’adaptation.
Les petits jeux et tests qui ont été ajoutés n’apportent pas beaucoup d’information, et c’est justement là où ils ont toute leur place. Ils permettent de respirer, de butiner un peu, de s’écarter de la trame pour mieux y revenir.

Tous ces éléments contribuent à mon sens à améliorer la transmission du propos. Si l’info a du mal à passer chez les internautes, il faut savoir trouver des méthodes. Ici tout y contribue, en particulier une bonne dose d’humour. Le « fun » en est un moyen incroyable pour faire passer une info. Je pense notamment à l’émission de vulgarisation économique sur France 5, Dr CAC. (http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-40-2011/articles/p-14029-Dr-Cac.htm) »

3WDOC : « Quels sont tes projets pour les mois à venir sur le front du webdoc ? »

Florent Bouchardeau :« Le prochain projet qui promet, c’est « Zinc » que nous sommes en train de monter avec une équipe de 10 étudiants de l’EJDG (école de journalisme de Grenoble) et qui devrait sortir en avril. C’est leur projet de fin d’année et, actu oblige, nous nous sommes intéressés à la présidentielle, mais côté bistro, là où les langues se délient.

Nous sommes allé à la rencontre de sept Français qui nous racontent leurs parcours et leurs quotidiens politiques. L’internaute sera invité à accompagner un narrateur qui se balade entre sept troquets. Réalisation, production, montage de la plateforme 3WDOC, l’équipe d’étudiants s’occupe de tout.

Je travaille aussi pour un site sur la présidentielle avec 10 autres étudiants, sijetaispresident2012.fr, que nous avons créé pour le Dauphine.com. Sur ce site d’info, nous utilisons le multimédia à 100% et nous tenons à développer des modules graphiques pour chaque publication.

La fin de l’élection présidentielle mettra un terme à ces deux projets. Dans la foulée, j’aimerais me lancer sur des formats plus courts, du reportage par exemple. L’objectif c’est de cerner un sujet, un angle, et de le traiter rapidement, en autoproduction et en autonomie. J’aime l’idée de pouvoir tout faire de A à Z et de livrer un contenu d’actu « clef en main » à un site d’info.
On a la chance d’arriver à une époque où des logiciels comme Wix, Klynt, Vuvox, 3WDOC et d’autres permettent ça. La forme serait à chaque fois repensée, dans le ton et dans le graphisme. Pour le sujet, pourquoi pas des chroniques estivales en « boat-trip » en Bretagne nord avec la publication des contenus au fur et à mesure sur un site d’info. »

3WDOC : « Tu sembles très actif dans le domaine de la formation au webdoc à destination des journalistes, peux-tu nous en parler ? »
Florent Bouchardeau :« Mon ancienne école m’a rappelé pour initier les Master 2 au webdocumentaire puis m’a proposé de « coacher » la vingtaine d’étudiants sur les deux projets dont je viens de parler, « Zinc » et « Sijetaispresident2012.fr« . L’expérience est assez géniale. Nous travaillons sur des projets novateurs, nous avons du temps et nous découvrons les possibilités de nos formats web au fur et à mesure. Je pense que la plupart des étudiants s’éclatent. Il me semble que c’est très important d’avoir cette part de créativité dans les formations en journalisme. D’un côté il faut continuer à enseigner les fondamentaux, et d’un autre il faut développer un peu de folie, des idées saugrenues, des angles funs. Ce sont aussi ces petites idées qu’on met en couveuses dans les écoles qui permettront au journalisme d’évoluer.  »

3WDOC : « Parles-nous un peu de ton expérience sur le webdossier Villeneuve, qui a reçu le Prix de l’innovation en journalisme Science Po/Google 2011, et quels conseils donnerais-tu à des journalistes débutants pour se lancer dans le webdoc ? »

Florent Bouchardeau : « L’expérience a été très riche en apprentissage empirique et en rencontres dans le quartier de la Villeneuve. Nous avons eu la chance de pouvoir travailler sur une période étendue. Ca nous a permis de créer des liens avec les personnes interviewer, de ne pas nous précipiter.
Le prix nous est tombé dessus sans qu’on s’y attende. Le projet a pas été créé avec beaucoup d’envie mais pas avec autant d’ambition. Nous avons tout monté à neuf pendant notre dernière année d’étude à l’EJDG en plus de nos heures de cours avec un budget total de 200 euros. Pour le reste, nous avons emprunté du matériel à l’université et nous avons utilisé des logiciels gratuits. Vuvox, Audacity, etc. C’est Wix.com qui nous a permis de créer la plateforme web. Je l’ai monté en juin 2011, dans des cafés-wifi à Lyon, où je travaillais à ce moment là. Pour chaque sujet (il y en a 24 sur Villeneuve5/5), nous avons créé un graphisme et une mise en forme originale, afin de servir au mieux nos contenus.

Et puis en juillet 2011, Lemonde.fr a accepté de nous diffuser, ce qui a été notre première très, très, bonne surprise. Cette publication dépassait déjà tout nos espoirs. Dans la foulée, nous nous sommes inscrits à la dernière minute au Prix Google/Science Po de l’innovation en journalisme et avons été invité à la journée de remise. Jusqu’au dernier moment, nous n’y avons pas vraiment cru, autant dire que le discours n’était pas préparé. Je n’ai pas pu voir les autres projets présentés mais je pense que nous nous sommes démarqués sur la simplicité de l’approche, sur le sujet d’actu et de société passionnant et sur le traitement graphique.

Cette expérience nous aura montré la possibilité de monter un projet qui tient la route avec peu de moyens financiers et peu de connaissances techniques. La technique est là, il faut simplement du temps. Du coup ça nous a inspiré. Sijetaispresident2012.fr a aussi été monté sur Wix et Fatna Messaoudia, qui faisait partie de l’équipe Villeneuve5/5, est en train de créer seule et sans financement un site d’info multimédia pour les Français de Londres, (FrenchAreBoringButYouAreNot) avec le logiciel Moonfruit. Pour des jeunes journalistes, c’est important de montrer ce qu’on sait faire à nos pairs et à nos futurs employeurs, internet nous le permet. »

3WDOC : « Que souhaites-tu pour le webdocumentaire pour l’année 2012 à venir ? »
Florent Bouchardeau : « De l’argent et une réduction du temps de production! Ce ne sont pas les idées de sujets qui manquent et de plus en plus de journalistes ont envie de se lancer dans ces expériences, mais il faut démocratiser le format en réduisant les coûts et faciliter la technique. Cela permettra de travailler plus vite, en équipe réduite. Monter un module multimédia prendra bien sûr toujours plus de temps que d’écrire un article, mais plus on réduira ce temps, plus les réticences des rédac-chefs vont tomber. L’idéal serait que la PQR s’y mette vraiment et dégage des petits budgets pour développer de nombreux contenus interactifs et multimédia. »

Orcas Island

Pour aller plus loin